Thursday, April 30, 2009

* Aménagement Huchon, le "Saint Thomas" du Grand Paris...*

***Nicolas Sarkozy a annoncé 35 milliards d'euros d'investissements dans les transports à l'occasion d'un discours sur le Grand Paris. LEXPRESS.FR a reccueilli la réaction de Jean-Paul Huchon, président PS du conseil régional d'Île-de-France.

S'adressant à vous lors de son discours sur le Grand Paris, Nicolas Sarkozy a affirmé que "ce qui a été décidé sera mis en oeuvre". Savez-vous comment sera réglé la question du financement du Plan de mobilisation pour les transports proposé par la région Île-de-France ?

Pour l'instant aucune précision n'a été apportée, cette question est remise à une discussion qui devrait avoir lieu dans les deux mois à venir.

La région est prête à mettre 12 milliards sur 10 ans et potentiellement 18 milliards sans l'Etat sur 15 ans. Nous espérons une participation de l'Etat à hauteur de 5 à 6 milliards d'euros, ce qui représente 600 millions par an, ce qui n'est pas insupportable. Maintenant j'attends, je suis comme Saint Thomas !

On note une évolution entre les propositions initiales du secrétaire d'Etat chargé du développement du Grand Paris et les annonces faites hier par Nicolas Sarkozy...

L'évolution que je perçois est la prise en compte du plan de la région qui comprend, entre autres, la rénovation du matériel, le prolongement de la ligne de métro 13, etc.. Le projet de Christian Blanc me paraît très utile à terme. Cependant, je ne crois pas qu'il soit faisable en 10 ans.

En 10 ans, il faut remettre d'aplomb le système des transports et ce sera déjà un grand pas!

Avez-vous obtenu des garanties sur l'approbation par l'Etat du Schéma directeur régional d'Île-de-France (SDRIF)?

Il n'y a pas de garanties, mais un accord est en vue au prix de quelques modifications. A condition qu'elles ne soient pas trop substantielles car si c'était le cas, il faudrait relancer une nouvelle enquête publique, ce qui prendrait beaucoup trop de temps.

Ne craignez-vous pas que certains projets, comme la rocade ferroviaire, soient gérés indépendamment du Syndicat des transports publics d'Île-de-France (Stif)?

Il a été indiqué que la structure décisionnelle comprendrait le Stif. Je suis très vigilant sur cette question puisque le rôle du Stif est inscrit dans la loi de décentralisation des transports. Aller à l'encontre de celle-ci serait un geste très très mal perçu par l'ensemble des élus d'Ile de France, et ce sans exception.

Que pensez-vous de l'annonce de la construction de 70 000 logements par an?

Le SDRIF prévoit la création de 60 000 logements par an. A cette annonce, la plupart des élus UMP nous ont ri au nez jugeant la proposition irréaliste. Si l'Etat veut en construire 70 000, ce n'est pas la région qui le freinera!

Par Estelle Gross
L'Express
30/04/2009

***LE FESTIVAL JULES VERNE 2009 A PARIS***


***L'aventure a encore une fois été au rendez-vous. Trois jours pour découvrir le leitmotiv de Jules Verne. Cet écrivain dont la part à l'imagination reste primordial. Cette 17ème année du Festival Jules Verne ne déroge pas à la règle. Science, fiction, imagination, exploration, éducation ont été les fils rouges de ce week-end. Cette édition 2009 a été bercée par un astre : la Lune. 40 ans plus tôt, Neil Armstrong et Buzz Aldrin posaient le premier pas sur la Lune... Buzz Aldrin, Gérard Depardieu, invité d'honneur, John Scott ainsi que le jury ont eux aussi fait vibrer ce festival qui a été l'un des plus « chaleureux » de tous. Le Grand Rex a pris une tournure de machine à remonter le temps ! Des baleines à bosse en passant par la première expédition scientifique sans oublier les enfants de l'Amazone... Retour sur ce Tour du Monde en 72 heures dans une des plus grandes salles parisiennes.

Une âme aventurière

Réduire Jules Verne a « Vingt mille lieues sous les mers » ou « Voyage au centre de la Terre » serait une grave erreur. C'est avant tout un état d'esprit auquel il faut adhérer. Se laisser porter, submerger par l'aventure au sens large du terme. La cérémonie d'ouverture donne le ton, ou plutôt le « la ». Le compositeur John Scott s'est prêté à un exercice de style totalement surprenant. Sur les images du chef d'oeuvre de Georges Méliès « Le Voyage dans la Lune » (1902), il a dirigé son orchestre et a composé la musique du film. Cent ans après, l'émotion est belle et bien présente. D'autant plus que cette année marque les quarante ans du premier pas sur la Lune. Cet astre qui passionne, intrigue, séduit et dont certaines réponses ont été diffusées à travers les documentaires.
Pour rendre hommage à Apollo 11, Buzz Aldrin, un habitué du festival, s'est déplacé à Paris pour évoquer son expérience et pour marquer cet anniversaire. A 79 ans, conscient d'avoir participé à un événement majeur, il reste quelqu'un de simple. A l'image de cette séquence où John Scott lui lègue sa baguette pour le laisser diriger l'orchestre le temps d'« Ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss. Ce qui lui vaudra une standing ovation. Buzz Aldrin n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Sur scène, les astronautes de l'ESA lui ont rendu hommage en échangeant quelques mots avec lui. Puis ce fut au tour de Jeff Roth. Diffusé en exclusivité et en avant première en Europe, son film The Wonder of It All (Ils ont décroché la Lune, qui a reçu deux Jules Verne Awards à Los Angeles en octobre 2008) met en scène le témoignage exclusif de sept astronautes, dont Aldrin, qui ont foulé le sol lunaire entre 1969 et 1972. Des entretiens rares, filmés à coeur ouvert, illustrés par des images intimes et d'étonnantes archives de la NASA. Ces hommes ont réalisé l'un des plus vieux rêves de l'Homme, ce que Jules Verne avait sublimement fantasmé dans ses romans.

Une âme aventurière

Réduire Jules Verne a « Vingt mille lieues sous les mers » ou « Voyage au centre de la Terre » serait une grave erreur. C'est avant tout un état d'esprit auquel il faut adhérer. Se laisser porter, submerger par l'aventure au sens large du terme. La cérémonie d'ouverture donne le ton, ou plutôt le « la ». Le compositeur John Scott s'est prêté à un exercice de style totalement surprenant. Sur les images du chef d'oeuvre de Georges Méliès « Le Voyage dans la Lune » (1902), il a dirigé son orchestre et a composé la musique du film. Cent ans après, l'émotion est belle et bien présente. D'autant plus que cette année marque les quarante ans du premier pas sur la Lune. Cet astre qui passionne, intrigue, séduit et dont certaines réponses ont été diffusées à travers les documentaires.
Pour rendre hommage à Apollo 11, Buzz Aldrin, un habitué du festival, s'est déplacé à Paris pour évoquer son expérience et pour marquer cet anniversaire. A 79 ans, conscient d'avoir participé à un événement majeur, il reste quelqu'un de simple. A l'image de cette séquence où John Scott lui lègue sa baguette pour le laisser diriger l'orchestre le temps d'« Ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss. Ce qui lui vaudra une standing ovation. Buzz Aldrin n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Sur scène, les astronautes de l'ESA lui ont rendu hommage en échangeant quelques mots avec lui. Puis ce fut au tour de Jeff Roth. Diffusé en exclusivité et en avant première en Europe, son film The Wonder of It All (Ils ont décroché la Lune, qui a reçu deux Jules Verne Awards à Los Angeles en octobre 2008) met en scène le témoignage exclusif de sept astronautes, dont Aldrin, qui ont foulé le sol lunaire entre 1969 et 1972. Des entretiens rares, filmés à coeur ouvert, illustrés par des images intimes et d'étonnantes archives de la NASA. Ces hommes ont réalisé l'un des plus vieux rêves de l'Homme, ce que Jules Verne avait sublimement fantasmé dans ses romans.

Into the wild

Festival prônant la défense de la nature, cette 17ème édition s'est logiquement octroyée le luxe de diffuser 9 documentaires tout aussi éclectiques, passionnants et intelligents les uns que les autres.

La première excursion a lieu sous l'eau, sous l'oeil attentif des baleines à bosses. Film en compétition, L'Odyssée des Baleines à Bosse ouvre le bal et nous plonge dans les îles d'Hawaï jusqu'en Alaska. Ce documentaire australien parvient avec simplicité à évoquer le parcours annuel de ces animaux si particulier. Un périple aux confins du fantastique, dans un univers subaquatique aussi superbe que fragile. Cette immersion totale dans les eaux hawaïenne a eu raison du jury. Le film de Ross Isaacs et Stan Esecson a reçu le Jules Verne Award de la meilleure réalisation.

Pour le Jules Verne Award de la Nature, plusieurs films étaient en lice : Rhinocéros en Péril de Dereck et Beverly Joubert, Le fantôme des Abysses de Toshihiko Sato, Tiger Kill de Harry Marshall, mais c'est le documentaire La Forêt pluviale : Au coeur de la Vie de David Warth et Michael Balson qui a été récompensé. Ce film rassemble des images rares et fascinantes de la vie sauvage, incluant notamment les rites amoureux de l'oiseau-lyre, et explore les méandres les plus incroyables de la vie dans la forêt fluviale, laquelle appartient à un vaste système qui régule le climat à l'échelle planétaire.

La prochaine récompense a une saveur particulière. Les créateurs Jean-Christophe Jeauffre et Frédéric Dieudonné, la caractérisent comme étant celle « du coeur » : le Jules Verne Award du Public ! Cette année, le coup de coeur s'est porté sur le film japonais de Tomoyuki Katsumata et Yuichi Kunihara : Expédition Lune. A travers Kaguya, un robot d'exploration japonais parti en mission sur la Lune, nous découvrons les différents cratères et la face cachée de l'astre. Au fil de découvertes extraordinaires et d'images d'une grande beauté, ce film nous conte la naissance de notre satellite naturel, et nous en dit davantage sur le lien fascinant qui unit la Terre à la Lune depuis 4,6 milliards d'années. Le documentaire évoque également, d'une manière très scientifique, les origines de la vie sur Terre.

Vient ensuite la remise de l'Award du Jury Junior. Ce prix est d'autant plus important que ces jeunes représentent le futur, l'avenir de notre planète. Ils ont porté leur coup de coeur sur le doucmentaire de Denise Zmekhol : Les Enfants de l'Amazone. Mi-road-movie, mi-voyage initiatique, son périple raconte le destin funeste de la plus grande forêt du monde, à partir du moment où l'on a commencé à y creuser une route... L'arrivée des colons et des industriels a mis en péril un extraordinaire équilibre naturel, des modes de vie séculaires, et la santé, voire la survie, de tribus amérindiennes entières. Ce qui a fait la différence entre l'oeuvre de Denise Zmekhol et les autres c'est ce lien « passé-présent ». La réalisatrice a eu le courage de retourner en Amazonie 15 ans après. Elle a vu l'évolution de ces tribus Surui et Negarote qu'elle avait photographiées à l'époque. Les Enfants de l'Amazone représente le travail de toute une vie, le combat d'un homme celui de Chico qui s'est battu pour une cause. Ce combat a touché les plus jeunes mais également le jury qui lui a décerné le Jules Verne Award du meilleur film.

A la découverte de soi

Parti bredouille, certains documentaires ont été injustement mis sur la touche. A commencer par un film belge, Dans Le Sillage du Belgica de Simon Arrazi mettant en scène l'exploration d'Adrien de Gerlache et son équipage. En 2008, un équipage revient sur les traces de De Gerlache et redécouvre son passage avec ses difficultés. Une aventure avant tout humaine !
Autre documentaire qui vaut le détour : Tiger Kill d'Harry Marshall. Le cinéaste animalier Simon King fait équipe avec Alphonse pour réaliser son rêve : immortaliser l'attaque du Tigre. Ce qui est émouvant, c'est que c'est tout simplement l'histoire d'une passion, d'une aventure humaine mais surtout d'un aboutissement de 17 ans de travail.

Quant aux autres documentaires, L'Homme Araignée, Rhinocéros en péril et Le Fantôme des Abysses, ils n'ont pas réussi à convaincre malgré les sujets intéressants. Évoquant trop souvent le réchauffement de la planète, les dernières minutes de ces films étaient un peu trop moralisatrices. Et puis comment ne pas oublier les films hors compétition. Outre Ils ont décroché la lune, le public a pu apprécier deux oeuvres sublimes : Amazonia Grilada de Jérôme Coton et Florent Kolandjian qui évoque l'Amazonie brésilienne et explore les préjudices sociaux et environnementaux causés par les expropriations, et Morning Light de Mark Monroe qui raconte l'histoire vraie de quinze marins en soif d'apprentissage. Ils vont se battre pour pouvoir être à bord d'un sloop ultra moderne de 15 mètres afin de faire une course de 3 700km. Un film qui séduira l'âme d'aventurier qui sommeille en chacun de nous.

Le festival s'est achevé dimanche 26 Avril sous le regard du comédien Gérard Depardieu. Invité d'honneur, il a reçu un Jules Verne Award. Caractérisant l'esprit Jules Verne (un homme libre, aventurier avec une ouverture d'esprit) l'acteur a logiquement reçu sa statuette sous une standing ovation. Le public a pu ensuite apprécier deux films en avant-première : Star Trek de JJ Abrams et Coraline d'Henry Selick. Mais ce que l'on retiendra, c'est surtout ce mélange des générations, des enfants aux plus âgés présents pour cet événement. Soif d'aventure, de liberté, ils ont pu apprécier ces trois jours et comprendre ce que Jules Verne avait fait une leçon de vie. Faire en sorte que la vie soit une aventure : "Tout ce qui est impossible reste à accomplir...". Merci Jules Verne !
dvdrama.com

*BREF APERCU :






Le compositeur, John SCOTT


Buzz ALDRIN, 40 ans plus tôt, Neil Armstrong et Buzz Aldrin posaient le premier pas sur la Lune.

















Battlestar Galactica





















http://www.julesvernefestival.com/jva/

***MAGNIFIQUE! A VOIR, Intéressant...

*Avant-premières :
Battlestar Galactica
- saison 4 - He That Believeth in Me
Lost, les disparus
- saison 5 - Because You Left
Morning Light

*Deux films en avant-première :
Star Trek de JJ Abrams
Coraline d'Henry Selick.

Un voyage dans l'imaginaire, à la fois distrayant et éducatif! En effet, "Tout ce qui est impossible reste à accomplir..."Jules VERNES***

Bien à vous,

Morgane BRAVO
http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

*Photos : Morgane BRAVO

Wednesday, April 29, 2009

***Un nouveau nom pour la "grippe porcine"?***

***Les autorités américaines veulent rebaptiser la maladie, se plaignant du fait que neuf pays interdisent les importations de porc, alors que sa consommation est sans danger. De son côté, Bruxelles a décidé d'appeler la maladie "nouveau virus de grippe".

Des responsables américains ont indiqué mardi qu'ils étudiaient la possibilité de changer le nom de la "grippe porcine", se plaignant du fait que certains pays interdisent les importations de porc en provenance d'Amérique du Nord par méconnaissance de la maladie.

"Ce n'est pas une crise d'origine alimentaire. Il est important de ne pas utiliser le terme de grippe porcine (...) et il faut faire passer le message que consommer du porc ne provoquera pas cette maladie", a indiqué le ministre de l'Agriculture, Tom Vilsack. "Nous sommes préoccupés par la sécurité, mais aussi par l'impact sur l'économie", a-t-il ajouté.

Le directeur des Centres de maladie et de prévention (CDC), Richard Besser a évoqué pour sa part de nombreuses "fausses idées" sur la maladie, insistant sur le fait que les porcs étaient seulement un des éléments à l'origine de cette forme de grippe humaine, mais que consommer du porc ne présentait pas de danger.

"Cela n'aide pas les producteurs de porc, cela n'aide pas les personnes qui mangent du porc, cela n'aide pas ceux qui se demandent comment on attrape cette maladie", a dit le responsable des autorités sanitaires."Nous discutons donc pour voir s'il n'y a pas une meilleure façon de décrire (cette maladie), qui ne provoquerait pas des actions inopportunes", a-t-il ajouté. Le représentant américain pour le Commerce, Ron Kirk avait appelé auparavant les partenaires commerciaux des Etats-Unis à ne pas suspendre leurs importations de porc sans preuve scientifique, au risque de provoquer "de graves perturbations commerciales".

9 pays ont suspendu les importations

Selon Washington, neuf pays ont imposé des embargos sur tout ou partie des importations américaines de porc. La Chine, l'Ukraine, le Kazakhstan, les Philippines, la Thaïlande, les Emirats Arabes Unis et l'Equateur ont suspendu les importations de viande de porc et de produits à base de porc originaires des Etats-Unis, a indiqué Nefeterius McPherson, porte-parole de M. Kirk. La Chine et la Corée du Sud ont également interdit l'importation de porcs vivants américains. Quant à la Russie, elle a interdit l'importation de toute viande originaire de cinq des Etats américains où sévit la grippe porcine.

Les Etats-Unis sont le second pays le plus touché par cette maladie, avec une soixantaine de cas confirmés, après le Mexique où la maladie aurait fait plus de 150 morts.

"Nouveau virus de grippe"

La Commission européenne a confirmé mercredi avoir décidé d'appeler "nouveau virus de grippe" plutôt que "grippe porcine" l'épidémie partie du Mexique, sans pouvoir préciser si cette décision avait été prise en accord avec l'Organisation mondiale de la Santé.

"Nous avons décidé de parler de "nouveau virus de grippe" à partir de maintenant, pour que cela n'ait pas d'incidence négative sur notre industrie, surtout en période de crise", avait déjà expliqué mardi la commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou.

L'Expansion.com
29/04/2009

*** Le "GRAND PARIS" : 35 milliards d'investissements prévus pour les transports...***

*Faire évoluer sa carrière après 50 ans, c'est possible?*

***L'entretien de suivi de carrière est le moment idéal pour parler d'évolution. Mais pour les seniors, convaincre la DRH qu'on est encore dynamique s'avère parfois problématique.

Management Comedy
http://www.lexpansion.com/carriere/faire-evoluer-sa-carriere-apres-50-ans-c-est-possible_180294.html?XTOR=EPR-178

L'Expansion
29/04/2009

*Nicolas Sarkozy dévoile son Grand Paris...*

***Le président prononce mercredi un discours sur l'avenir de la métropole parisienne.

À chacun sa pyramide. François Mitterrand a bataillé pour imposer celle de Pei au milieu de la cour du Louvre. Nicolas Sarkozy a choisi de ne pas jeter son dévolu sur un monument qui symboliserait son «règne». C'est sur la métropole parisienne, dans son ensemble, qu'il veut apposer sa signature. Le Grand Paris, dont il dévoile mercredi les contours dans un discours à la Cité de l'architecture. Là même où il avait réuni, en novembre 2007, un séminaire avec les grands architectes de la planète. «Les architectes ont plaidé que le temps n'était plus à l'embellissement des centres-villes, mais à la réparation du lien entre les cœurs de villes et les banlieues», commente son conseiller pour l'Éducation et la Culture, Dominique Antoine, en rappelant que l'ancien président du conseil général des Hauts-de-Seine, qui a suivi de près les aléas de l'aménagement des anciens terrains Renault de l'île Seguin, a depuis longtemps une vision d'aménageur des alentours de Paris.

Parallèlement à ce travail des architectes, dont les projets sont aujourd'hui présentés, le chef de l'État avait nommé il y a un an un secrétariat d'État en charge du «développement de la région capitale», confié à Christian Blanc.

«Intégration de la banlieue à Paris»

Jacques Chirac, déjà, s'était éloigné du culte du monument - à l'exception du Musée des arts premiers - et il avait défendu «trois grands chantiers qui ne sont pas de pierre » - la lutte contre le cancer, contre la violence routière et l'aide aux handicapés. Nicolas Sarkozy ne veut pas non plus d'un chantier de pierre, mais révolutionner le lien entre Paris et la banlieue. Aujourd'hui, assure son entourage, le président devrait dire son intention de «mettre fin à la banlieue, afin de l'intégrer à Paris». Ce projet titanesque, il doit désormais le transformer en réalité.

C'est tout l'enjeu. «Il nous faut maintenant passer de la mystique à la politique», explique un collaborateur en citant Péguy. Susciter l'adhésion des Franciliens pour «faire plier» les élus de tous bords. Nicolas Sarkozy souhaite «parler d'abord du projet» , avant d'évoquer la question de son pilotage et de sa «gouvernance». Il n'en parlera d'ailleurs pas dans son intervention, mercredi après-midi. «La gouvernance n'intéresse pas vraiment les habitants mais plutôt les élus», fait-on savoir à l'Élysée. Pas question non plus de «déchaîner les passions» alors que se profilent les élections régionales… Fusion des départements, comme l'a proposé le comité Balladur, ou syndicat Paris Métropole, selon le projet de Bertrand Delanoë : le sujet n'est donc pas d'actualité. Ce qui est à l'ordre du jour, c'est la recherche du consensus. Entre les architectes d'abord. Nicolas Sarkozy ne va pas désigner des vainqueurs et des perdants. «Ce n'était pas un concours», rappelle-t-on. Il va rendre un hommage à leur travail qui se poursuivra dans un atelier commun. Le président expliquera aussi que l'on peut conjuguer une très grande densité urbaine avec des modes de fonctionnement durables. Parmi les «idées vertes» qui ont retenu l'attention, celle d'une «ville végétalisée par les toits». Parmi d'autres idées, celle de «rhabiller des tours à l'apparence banale pour les rendre esthétiques. C'est moins coûteux, dit-on, que de détruire et reconstruire».

Dans les transports, Nicolas Sarkozy dira aussi sa volonté de concilier les projets de la région Ile-de-France et ceux de Christian Blanc. Le métro imaginé par son ministre chargé du développement de la région capitale, souterrain, rapide, en «grand huit», long de 130 km, traversant Paris et desservant les territoires de développement sera présenté comme complémentaire du réseau de RER et tramway planifié par la région. «Pas question, dit-on, de remplacer un plan par un autre». De la souplesse, Nicolas Sarkozy va aussi dire son intention d'en faire preuve en matière de logement. Objectif : déréguler pour faciliter la construction.

Charles Jaigu
Le Figaro
29/04/2009

***L'UNESCO avec Bruno CARNEZ...: "Candidat à la Direction Générale de cet organisme"***


Bruno CARNEZ

***Le mardi 28 avril 2009 à partir de 18h30 à Paris, a eu lieu :

Dans le cadre des "Cafés Patrimoine, Stratégie et Territoires(PST)" Co-animateurs, Nathalie BORDEAU et Olivier BLAISE,

"Intervention de Bruno CARNEZ au sujet de l'UNESCO : Candidat à la Direction Générale de cet organisme"

Bruno CARNEZ & Dimitri BERIDZE















*BLOG : "Petition pour que Bruno CARNEZ devienne Directeur général de l’Unesco"!
http://brunocarnez-unesco.blogspot.com

*Groupe VIADEO: "Petition pour que Bruno CARNEZ devienne Directeur général de l’Unesco"!
http://www.viadeo.com/hu03/0024ctdhjpv44q5/petition-pour-que-bruno-carnez-devienne-directeur-general-de-l-unesco


***Bruno CARNEZ : nous a exposé sa vision personnelle de la situation de l'UNESCO, et des nouvelles directions qu'il souhaiterait y impulser! Intervention très intéressante! Bonne chance!***

Bien à vous,

Morgane BRAVO
http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

*Photos : Morgane BRAVO

Friday, April 24, 2009

*Dati, sur sa "bourde" : "C'était une parodie"?*

***"C'était une parodie !" : après la polémique, née de sa prestation confuse devant de jeunes UMP, mercredi, dans le cadre de la campagne européenne, Rachida Dati se défend.

Monday, April 20, 2009

*Les projets des architectes pour le « Grand Paris »*

***Les bâtiments que vous aimerez peut-être... Les projets des architectes pour le « Grand paris » sont exposés à partir du 30 avril à la Cité de l'architecture et du patrimoine.

Ils ont déjà présenté leurs projets aux professionnels et aux décideurs politiques et lors d'un débat public. Mais dès la semaine prochaine, les dix équipes d'architectes qui ont phosphoré sur ce que pourrait être l'agglomération parisienne dans vingt ou trente ans vont détailler leurs travaux au grand public, à la Cité de l'architecture et du patrimoine. « Dans un cadre exceptionnel, et pendant plus de six mois, nous donnons l'occasion aux Franciliens de réfléchir sur leur cité de demain, et aux autres visiteurs de se projeter dans la ville de l'après-Kyoto », explique François de Mazières, le président de la Cité de l'architecture.

Dix « kiosques » en métal blanc résolument modernes ont été installés. Hauts de huit mètres, conçus en losange, ils abriteront des films, des maquettes, des explications, des photos, des montages. Chaque équipe (six françaises, quatre étrangères) a eu une liberté totale pour présenter son projet. Résultat : seule une poignée d'entre eux - dont l'Atelier Castro, les cabinets Grumbach & associés, et Rogers Stirk Harbour - y installeront une classique maquette. Les autres joueront des illuminations, des photos ou des écrans plats.

Le Grand Paris est moins une histoire de constructions nouvelles que de réaménagement et de mise en valeur de ce qui existe déjà.

Le public sera donc invité à circuler d'un kiosque à l'autre, dans cette salle splendide de 12 m de hauteur, qui donne sur la tour Eiffel et accueille les immenses moulages symboles du patrimoine français.

À l'entrée de l'exposition, un grand tapis représentant une photo satellite de l'Ile-de-France donnera un cadre à ce sujet vaste, et parfois nébuleux. Trois triptyques pédagogiques, sur l'évolution de Paris depuis le Moyen-Âge, sur la géographie des territoires, et enfin comportant un lexique, guideront les visiteurs. À la sortie, un écran géant projettera des interviews de six minutes de chaque architecte. Promis : elles ne devraient être ni « jargonneuses », ni trop techniques.

Le Grand Pari de l'agglomération parisienne, Du 29 avril au 22 novembre à la Cité de l'architecture et du patrimoine-Palais de Chaillot, 1, place du Trocadéro (XVIe). Tous les jours de 11 heures à 19 heures, nocturne le jeudi jusqu'à 21 heures.

Claire Bommelaer (Figaroscope)
Le Figaro
22/04/2009 |

Friday, April 17, 2009

***Emission "Culture et dépendances" juin 2006 : Maurice DRUON...***

***Dernière émission "Culture et dépendances" juin 2006 :
Nicolas SARKOZY - Maurice DRUON
Max GALLO - Abdourahman WABERI

Si vous n'avez pas vu l'émission...!


Sarkozy1
envoyé par CHBOIS



Sarkozy2
envoyé par CHBOIS







Sarkozy5
envoyé par CHBOIS



Sarkozy6
envoyé par CHBOIS



Sarkozy7
envoyé par CHBOIS



Sarkozy8
envoyé par CHBOIS


*Source : Blog de Christian BOIS

***Merci Christian, en effet : C'est incontournable!***

Bien à vous,

Morgane BRAVO

***2011, ANNÉE DU MEXIQUE EN FRANCE***

***Au cours de sa visite d’Etat au Mexique, le président Nicolas Sarkozy a annoncé la décision de célébrer 2011 comme l’année du Mexique en France.

Lors d’un discours prononcé pendant le dîner offert en l’honneur de son homologue français, le président Felipe Calderón a exprimé son consentement quant à cette annonce et a indiqué qu’il voit là une excellente opportunité pour approfondir la connaissance du Mexique en France.

Pour sa part, le président Nicolas Sarkozy a souligné que la décision de son gouvernement de dédier l’année 2011 au Mexique est la preuve que les deux nations ont décidé de renforcer leurs liens dans tous les domaines.

Pour le Mexique, il s’agit d’un rendez-vous avec peu de précédents dans l’histoire des relations bilatérales franco-mexicaines. Plusieurs activités seront organisées, lesquelles seront l’occasion de dévoiler au peuple français la richesse de la culture mexicaine et les changements qui ont permis au Mexique de devenir une nation moderne.

Par ailleurs, les deux chefs d’Etat ont rappelé que le Mexique sera l’invité d’honneur du Salon du Livre de Paris 2009, rencontre qui réunira 35 auteurs mexicains représentants des différents genres littéraires. Cette foire permettra en outre au Mexique de consolider sa présence culturelle dans l’Hexagone et de faire connaître les nouveaux écrivains qui ont été récemment traduits en français.

La visite d’Etat du président français a été l’occasion de révéler la magnifique exposition sur Teotihuacán qui aura lieu à la fin du mois de septembre 2009 au musée du quai Branly.

Celle-ci représente une des expositions les plus importantes et comprend des pièces jamais exhibées auparavant à l’étranger.

Ambassade du Mexique en France
11 Mar 2009

Thursday, April 16, 2009

*Le Grand Pari(s) : l’avenir de Paris exposé au Cité de l’architecture et du patrimoine...*

***Expositions dans les Musées :

Le "Grand Paris", on en entend souvent parler, tout comme de ces travaux de consultation sur l’avenir de la métropole parisienne. Du 30 avril au 22 novembre 2009, on pourra enfin voir de quoi il en retourne puisque la Cité de l’architecture et du patrimoine propose une exposition pour découvrir le scénario de chacune des dix équipes travaillant dessus.

La scénographie de Jean-Christophe Quinton (lauréat des Nouveaux albums de la Jeune architecture 2004) articule les 10 modules contemporains dans un grand parcours historique, tout en laissant à chaque équipe l’entière liberté d’occuper son module comme elle le souhaite : 10 modes de représentation pour 10 stratégies de recherche et de développement.

Les propositions présentées au sein du musée de la Cité sont celles de :
- Sir Richard Rogers, équipe Rogers Stirk Harbour & Partners / London School of Economics / Arup
- Yves Lion, équipe Groupe Descartes
- Djamel Klouche, équipe l’AUC
- Christian de Portzamparc, équipe Atelier Christian de Portzamparc
- Antoine Grumbach, équipe Agence Grumbach et associés
- Jean Nouvel, mandataire de l’équipe Ateliers Jean Nouvel / Michel Cantal-Dupart / Jean-Marie Duthilleul
- Bernardo Secchi et Paola Vigano, équipe Studio 09
- Finn Geipel, équipe LIN
- Roland Castro, équipe Ateliers Castro / Denissof / Casi
- Winy Maas, équipe MVRDV


Le Grand Pari(s)
Du 30 avril au 22 novembre 2009
Cité de l’architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 novembre, 75116 Paris
Entrée libre

***BREF APERCU "À la découverte du Parlement européen : Comment le Parlement fonctionne....Le Parlement et Vous!..."***


***Pour que l'Europe, en tant qu’acteur mondial, ne soit pas lointaine des européens..."! :

Rubrique du BLOG : ***UNION EUROPEENNE* EUROPEAN UNION* UNION EUROPEA...L'Actualité***

"CONNAITRE & COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT...DE L'UNION EUROPEENNE"!

*(13 )BREF APERCU "À la découverte du Parlement européen : Comment le Parlement fonctionne...Le Parlement et Vous!..."*

***"Le Débat : qui vote pour qui et pourquoi ?
Plusieurs dirigeants de groupes politiques européens ont été réunis dans les studios d'EuroparlTV pour mettre en avant ce qui les divise pour l'imminente élection européenne.
Date: 23/3/09


*Débat : Une faible participation au scrutin européen menace la légitimité du Parlement européen :
La crise économique actuelle pourrait contribuer à une participation encore plus faible au scrutin européen de juin 2009. Que faire pour inciter les Européens à voter ? Trois Députés européens débattent.
Date: 18/3/09


*L’Interview : "On a besoin de plus d’Europe"
A moins de six mois des élections européennes, Europarltv donne la parole à Joseph Daul (PPE-DE). Le président du premier groupe politique du Parlement livre les grands thèmes de la campagne électorale que mènera son parti.
Date: 20/1/09



***BREF APERCU :

*"Altiero Spinelli et la naissance de l'Union Européenne"
Céder aux eurosceptiques et abandonner de plus en plus d'Europe commune ou travailler pour une intégration toujours plus en profondeur des Etats européens ? En 1984, un discours émouvant du Député européen italien Altiero Spinelli en faveur du Traité de l'Union Européenne a aidé à préparer un grand pas en avant pour l'Europe commune.
Date: 12/9/08


*"Simone Veil Première Présidente du premier Parlement européen"
Elue en 1979, Simone Veil représente beaucoup de "premières" : la rescapée française d'Auschwitz a été élue première Présidente du premier Parlement européen au suffrage universel par les citoyens et malgré le fait qu'elle ne fut alors que la 16ème Présidente de la Chambre, elle fut la première femme à présider le Parlement, un choix "emblématique" de la part du Président français de l'époque Valéry Giscard d'Estaing, comme elle le raconte elle-même.
Date: 15/9/08


*"Comment se passe la session plénière du Parlement européen?"
Le Député européen français Verts Gérard Onesta et l'huissier du Parlement européen Pascal Feuilloy expliquent à des collégiens de 14 ans, Eileen et Pedro comment se déroule la session plénière du seul Parlement au monde élu internationalement.
Date: 17/9/08


*Action : Les retombées sociales de la crise économique"
La Commission prévoit 6 millions de chômeurs d'ici 2010 à moins de prendre des mesures immédiates. Mais que font au juste les gouvernements européens ? L'eurodéputée Anne Van Lancker appelle à la mise en place d'outils européens pour sauvegarder l'emploi.
Date: 15/4/09


*Action : "L'avenir de l'OTAN"
La politique européenne de sécurité et de défense en attente, l'OTAN ne devrait-elle pas encore avoir un rôle à jouer dans les opérations internationales ? Action examine sur l'évolution de l'OTAN à la lumière de l'influence grandissante de l'Europe en tant qu'entité politique avec une puissance militaire qui se profile.
Date: 10/4/09


*Débat : "Consequences du G-20"*
Les Députés européens Pervenche Berès et Călin Cătălin Chiriţă commentent les conséquences du sommet du G-20 à Londres avec deux experts du commerce. Ils examinent si le sommet a établi des objectifs réalistes ou s'il s'est agi d'un jeu élaboré de fumée et de miroirs.
Date: 8/4/09


*Débat :"Réforme parlementaire"
Les procédures parlementaires sont souvent longues et complexes. Les Députés européens Diana Wallis, Jo Leinen et Elly de Groen-Kouwenhoven débattent avec un universitaire des manières de rendre leur travail plus efficace. Ces réformes vont de la préparation du Traité de Lisbonne à la reconfiguration des commissions.
Date: 8/4/09


*"La rétro de la semaine : du 30 mars au 2 avril 2009"
Réponse du Parlement européen au G-20 et examen des droits des patients au sujet des soins de santé reçus à l'étranger. Réunion d'anciens Présidents du Parlement européen pour un appel lancé aux Européens pour inciter ceux-ci à aller voter en juin et feu vert des Députés européens au logo éco-label.
Date: 8/4/09


*À la Une : "éco-label, le label vert de l'UE"
La "fleur européenne" est le label vert de l'UE pour les produits respectueux de l'environnement. Les Députés européens souhaitent l'étendre à davantage de produits, en prenant certains facteurs en compte, dont la consommation énergétique.
Date: 6/4/09


*À la Une : "Aide alimentaire pour les plus démunis"
Des millions d'Européens dépendent de la distribution de nourriture financée en partie par l'Union européenne. Les Députés européens estiment que cette aide doit être réduite à cause de la crise.
Date: 26/3/09


*L'interview : "Adina Ioana Vălean s'exprime sur la libre circulation"
La Députée européenne roumaine Adina Vălean, rapporteur pour la directive sur la libre circulation, appelle les institutions européennes à ne pas oublier la notion d'Europe sans barrières, pas seulement pour l'économie mais également pour les citoyens.
Date: 6/4/09


*L'interview du jour : "Les télécoms doivent rester fortes et simples pour les usagers"
Le Député européen britannique conservateur Malcolm Harbour s'exprime sur son rapport de révision de la législation européenne sur le service universel et les droits des utilisateurs relativement aux réseaux de communications électroniques.
Date: 2/4/09


*À la Une :"Protection de la vie privée en ligne"
Alors qu'internet joue un rôle de plus en plus important dans la vie quotidienne de pratiquement tous les Européens, les cyber-criminels, les entrepreneurs peu scrupuleux et une police avide sont tous à l'affût de nos données personnelles. Les Députés européens appellent à ce que l'on y réfléchisse à deux fois avant de censurer.
Date: 26/3/09


*Action : Les menaces sur la santé causées par les portables ne doivent pas être prises à la légère
Un rapport de l'UE sur les risques sur la santé provoqués par les ondes électromagnétiques va être publié. De quoi faut-il nous inquiéter et comment l'UE pense éviter les risques sur la santé ?
Date: 17/3/09


*Pêche
"Notre mission est de réconcilier les amis des poissons avec les amis de la pêche", déclare le Président Philippe Morillon lors de notre examen approfondi de la Commission de la Pêche, l'organe du Parlement européen au sein duquel les questions sociales et environnementales sont le plus souvent et le plus vivement confrontées.
Date: 10/10/08



*Droits de l'Homme
La Sous-commission des Droits de l'Homme ne peut faire passer de rapports. Néanmoins, on la consulte régulièrement en prévision de réunions au sommet. Dans ce qui était une importante contribution à la crédibilité de l'UE sur la question des Droits de l'Homme, elle s'exprime sur l'état des Droits de l'Homme et de la démocracie dans les pays tiers.
Date: 15/9/08


Europarltv

***Le Parlement Européen...UE...et Vous : En fait, ses décisions influencent réellement la vie des citoyens!!!

Ancienne stagiaire (entre autres...) à la "Commission européenne au Secrétariat Général". Bruxelles.
Rapport: « La politique des Droits de l’Homme de la communauté européenne dans les pays tiers »

http://unioneuropeenne.blogspot.com/2009/04/le-president-nicolas-sarkozy-tiendra-t.html

Bien à vous,

Morgane BRAVO
*Vous invite à rejoindre sa page Facebook & Twitter... :

http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

http://twitter.com/MorganeBravo

*EUdebate2009.eu : élections européennes sauce piquante...*


***43 % de participation aux dernières élections européennes. Pas cette fois-ci !

EUdebate2009.eu est le site web en 6 langues qui va donner du piquant aux élections européennes de 2009.

Site internet indépendant lancé par le magazine européen cafebabel.com, EUdebate2009.eu est la première plateforme web 2 .0 qui fait dialoguer les leaders d’opinion de la société civile européenne avec les partis politique européens.

Le but ? Créer un espace d’expression, d’information et de débat multilingue pour politiser et européaniser la campagne électorale de 2009.

Eudebate2009.eu est le lieu sur le web où les citoyens peuvent prendre la parole, interpeler les candidats, commenter des blogs de leaders d’opinion et de militants politiques, débattre sur des forums multilingues, lire des dossiers sur les enjeux des élections et suivre l’actualité de la campagne électorale depuis chez eux. Le tout entièrement disponible en français, anglais, allemand, italien, espagnol et polonais.

Avec Eudebate2009.eu, c’est vous qui déciderez pour qui voter aux Européennes de 2009 !

Bien à vous,

Morgane BRAVO
*Vous invite à rejoindre sa page Facebook & Twitter... :

http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

http://twitter.com/MorganeBravo

Monday, April 13, 2009

***Europe: les Français y croient... sans rien y comprendre!...***

***Deux enquêtes d’opinion sorties aujourd’hui dans la presse se contredisent. Au pire, cette contradiction révèle l’absurdité des Français, au mieux, elle confirme l’absurdité des sondages…

Selon un sondage CSA publié ce lundi dans Le Parisien, la confiance des Français en l’Europe pour sortir de la crise est en hausse. Comparée à la courbe de confiance en Nicolas Sarkozy (malgré ce que peut en dire Le Figaro), c’est même une très forte hausse car l’Union européenne gagne sept points d’opinions favorables par rapport à septembre dernier (59%).

La France : ce cancre de la classe européenne ?

Mais ce sondage est à rapprocher d’une seconde enquête d’opinion, celle publiée dans Libération ce même jour. D’après ce sondage réalisé par Eurobaromètre dans les 27 pays de l’UE, le 7 juin prochain, l’abstention pourrait atteindre un niveau record de 66% à l’échelle européenne et de 47% au niveau de l’Hexagone.

L’étude, qui ne devait être rendue publique par la Commission européenne que dans quelques jours, est tout de même assez fouillée puisqu’elle tente d’expliquer ces résultats. On apprend, par exemple, que seuls 45% des Français disent avoir de la curiosité pour ce scrutin. Difficile de leur jeter la pierre étant donné qu’aucune grande formation politique ne semble vouloir attiser cette curiosité en lançant véritablement sa campagne…

Autre enseignement et pas des moindres : les Français ignorent dans leur grande majorité les règles de fonctionnement de l’Union européenne. Avec seulement 39% de bonnes réponses, la France est même le cancre assis près du radiateur de la classe européenne.

En résumé donc : les Français croient en l’Europe pour sortir de la crise mais ne se rendront pas en masse dans les isoloirs à la veille des grandes vacances. D’autant qu’ils ignorent dans leur très grande majorité comment fonctionne l'Union européenne.

Trois hypothèses peuvent être formulées : soit un des deux sondeurs s’est planté, soit ces deux sondages ne valent pas beaucoup plus que ceux qui leur ont précédé, soit les Français croient effectivement en quelque chose qu’ils ne comprennent pas ? Après tout, la religion a fait de ce principe son fonds de commerce…

Gérald Andrieu
Marianne2
13 Avril 2009

Friday, April 10, 2009

*Projet de loi autorisant l'approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et l'OIF...*

***Projet de loi autorisant l'approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et l'Organisation internationale de la francophonie relative à la mise à disposition de locaux pour installer la Maison de la francophonie à Paris, texte adopté n° 264 :

TEXTE ADOPTÉ n° 264

« Petite loi »

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

TREIZIÈME LÉGISLATURE

SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009

9 avril 2009

PROJET DE LOI

autorisant l’approbation de la convention entre
le Gouvernement de la République française et l’Organisation internationale de la Francophonie relative à la mise à disposition de locaux pour installer la Maison de la Francophonie à Paris,

ADOPTÉ PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE
EN PREMIÈRE LECTURE.

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi dont la teneur suit :

Voir les numéros : 1479 et 1523.

Article unique

Est autorisée l’approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et l’Organisation internationale de la Francophonie relative à la mise à disposition de locaux pour installer la Maison de la Francophonie à Paris, signée à Québec le 18 octobre 2008, et dont le texte est annexé à la présente loi (1).

Délibéré en séance publique, à Paris, le 9 avril 2009.

Le Président,

Signé : Bernard ACCOYER

(1) Nota : voir le document annexé au projet de loi n° 1479.

ASSEMBLÉE NATIONALE
http://www.assemblee-nationale.fr/13/ta/ta0264.asp

Thursday, April 9, 2009

***L'Ile-de-France serait l'une des métropoles européennes les plus dynamiques...***


***L'Ile-de-France résiste à la crise mieux que le Grand Londres, Madrid ou Barcelone. En 2008, la région est restée en tête des quinze grandes métropoles européennes pour le nombre d'emplois créés par des entreprises étrangères. Ce constat tiré d'une enquête de l'association Paris-Ile-de-France Capitale économique, rendue publique mercredi 8 avril, va à l'encontre de l'image d'une région en perte de vitesse véhiculée par Nicolas Sarkozy et Christian Blanc, le secrétaire d'Etat à la région capitale et l'UMP régionale. Le président (PS) de la région, Jean-Paul Huchon, et le gouvernement s'opposent sur le modèle de développement économique qui doit permettre de valoriser les atouts de l'Ile-de-France.

"N'en déplaise aux esprits chagrins, l'Ile-de-France est attractive", s'est félicité, mercredi, le patron (PS) de la région en marge de la présentation de l'étude annuelle d'Ernst & Young, pour l'association Paris-Ile-de-France-Capitale économique, une structure de lobbying financée à 80 % par des entreprises françaises et étrangères.

Selon cette étude, la première région française serait, malgré la crise, "dans une dynamique de croissance". Parmi les quinze grandes métropoles européennes, l'Ile-de-France fait partie des cinq qui voient croître le nombre d'implantation d'entreprises étrangères en 2008 avec Berlin, la région Nord-Rhénanie-Westphalie, Dublin et la Lombardie.

En 2008, l'Ile-de-France est restée deuxième au classement pour le nombre de société implantées sur son sol. Elle rattrape son retard par rapport au Grand Londres qui la devance toujours, mais de peu. Et en terme d'emplois créés, l'Ile-de-France arrive en tête des quinze métropoles.

Si la Région tire mieux son épingle du jeu que ses voisines dans la compétition internationale, elle ne joue pas pour autant "le rôle moteur nécessaire à l'économie du pays", a soutenu Christian Blanc, le 17 mars, au théâtre de Chaillot. Elle est "pénalisée par son taux de croissance économique depuis dix ans très inférieur à celui de Londres et de la plupart des villes-monde", a déploré le secrétaire d'Etat à la région capitale.

M. Blanc s'est opposé à la mise en oeuvre du Schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF), estimant qu'il n'était pas suffisamment ambitieux pour dynamiser la croissance économique. Elaboré par le conseil régional et adopté en septembre, le SDRIF fixe des objectifs en matière de logements, d'emplois et de transports pour les trente ans à venir en Ile-de-France, avec un souci de développement durable. En face, M. Blanc a élaboré un contre plan qui, selon lui, sera présenté par M. Sarkozy le 29 avril. Et se dit aujourd'hui soucieux de rechercher des "convergences".

Celles-ci risquent d'être compliquées à obtenir, car des désaccords majeurs existent. M. Huchon estime ainsi que le secrétaire d'Etat veut imposer une forme "d'élitisme territorial" qui consiste à identifier des pôles économiques forts dans la région pour les spécialiser. Le président PS de la région plaide pour "une diversification accrue des activités sur l'ensemble du territoire et le refus de laisser de côtés certaines parties de la région qui seraient a priori moins compétitives". "Aujourd'hui, la région est attractive", reconnaît Valérie Pécresse, candidate UMP à la région en 2010. Mais le schéma directeur de M. Huchon est un facteur qui limite la croissance." Quant aux transports, "on attend depuis longtemps que le conseil régional améliore la situation", commentait-elle mercredi.

"M. Blanc a cherché à intoxiquer l'opinion avec un discours sur le déclin de l'Ile-de-France pour mieux cacher l'incapacité de l'Etat à injecter de l'argent dans les transports et dans la recherche", accuse pour sa part Mireille Ferri, vice-présidente (Verts) du conseil régional. Président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), M. Huchon a fait voter, mercredi, le lancement de la procédure de débat public sur le prolongement de la ligne 14 du métro parisien jusqu'au nord de Paris. Il s'agit de désengorger la ligne 13, la plus saturée de la capitale, un chantier estimé à 950 millions. "J'attends que l'Etat me dise combien il veut mettre sur ce projet", affirme le président de la région, qui espère une entrevue prochaine avec le chef de l'Etat.

Béatrice Jérôme
Le Monde
10.04.09.

***Tour de France des sites d'info en ligne...***

***Libération continue son tour de France des sites d'information en ligne, avec un article consacré à Slate, lancé récemment par quelques vieux routards de la presse généraliste.

L’adresse a beau se situer rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, les locaux sont modestes. Une grande pièce à l’extrémité d’un étage, avec vue sur une toiture. Genre arrière-cuisine. « Ça a quelque chose d’un garage », lâche Jean-Marie Colombani, ancien patron du Monde en faisant allusion à Google, la plus grande réussite web des dix dernières années. L’image de deux étudiants de Stanford bidouillant la mécanique algorithmique, devenue l’alpha de la recherche sur Internet, s’impose alors. Penser garage tient du mantra. Le camp de base de Slate France est de toute façon temporaire. Slate cherche d’autres locaux, peut-être avec Youphil (lire ci-contre) et se cherche encore.

« On n’est pas encore né », aime à dire Johan Hufnagel, l’un des cinq fondateurs du site avec Jean-Marie Colombani, Eric Le Boucher, actuel directeur de la rédaction d’Enjeux les Echos, Eric Leser, ancien chef du service économie du Monde et Jacques Attali. « On a tout notre temps, poursuit l’ancien rédacteur en chef de liberation.fr puis de 20minutes.fr. Pour l’instant, on construit une base. » L’équipe de quatre salariés, légère, doit s’étoffer d’ici septembre sans toutefois dépasser la dizaine de personnes. Slate n’a pas pour vocation de faire de l’actualité mais du magazine. Ses premiers chiffres d’audience, encore très modestes, montrent d’ailleurs une fréquentation plus importante le week-end. Une quarantaine de chroniqueurs ou blogueurs, aux noms parfois connus (François Hollande ou Hubert Védrine), contribuent régulièrement au site. Huit papiers en moyenne sont mis en ligne chaque jour. « L’objectif est de mélanger des articles sérieux et légers, comme de traiter sérieusement de sujets légers », précise Eric Leser. Pourquoi Jade Goody, qui a médiatisé son cancer, n’est-elle pas allée jusqu’à laisser filmer son dernier souffle  ? Nicolas Sarkozy n’est-il pas une sorte de réincarnation du duc de Nemours dans la Princesse de Clèves  ? Quid du retour du leadership américain  ? Pourquoi le journalisme non lucratif en France est-il une utopie  ?…

Slate ambitionne de devenir l’un des principaux lieux d’analyses et de débats du Web français. « La crise de la presse nous aide, souligne Jean-Marie Colombani. Car la partie éditorialisée des journaux tend à se réduire. Après le premier âge du Net qui appelait une consommation de masse, est venu un besoin pour plus de subjectif. »

La suite :
http://www.ecrans.fr/Slate-le-parti-pris-de-l-analyse,6868.html

Frédérique Roussel
Libération

***Le Président, Nicolas SARKOZY : TIENDRA-T-IL SES PROMESSES ?...***

***ELECTIONS EUROPÉENNES 2009 : Morgane BRAVO :


***Le Président, Nicolas SARKOZY : TIENDRA-T-IL SES PROMESSES ? A SUIVRE...!***

***"Pour que l'Europe, en tant qu’acteur mondial, ne soit pas lointaine des européens...de l’Ecologie et du Développement durable..."!

Nous sommes au 21ème Siècle! : "Un nouvel ordre mondial émerge et avec lui nous entrons dans une nouvelle ère!...de coopération internationale"...Développement Durable...!

"Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde"! Gandhi

«C'est un véritable nouveau monde qui est en train de se mettre en place»! Nicolas Sarkozy

***Humblement...!***

Bien à vous,

Morgane BRAVO
*Vous invite à rejoindre sa page facebook*
http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

Wednesday, April 8, 2009

***François Fillon fait le point sur le G20***

***François Fillon, Premier ministre, fait le point sur le G20 (version vidéo et version écrite intégrale) à l'occasion des questions d'actualité à l'Assemblée nationale le mardi 7 avril 09 :

"Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le député Myard,

Beaucoup de monde avait prévu l'échec de cette rencontre et, après tout, ce n'était pas forcément une erreur de jugement, compte tenu des divergences qui existaient entre les différents participants au G20.

La première remarque que je voudrais faire, c'est que si cela avait été un échec, cela aurait été une très, très mauvaise nouvelle pour le monde, car ce serait venu ajouter la crise à la crise. Les chefs d'Etat l'ont compris, et ont fait les efforts nécessaires pour arriver à un accord. Je veux souligner le rôle essentiel qu'ont joué la France et l'Allemagne, et en particulier dire combien l'accord de la France et de l'Allemagne a été important pour obtenir le succès de ce sommet.

Vous l'avez rappelé, la principale décision qui a été prise, c'est l'extension de la régulation à des secteurs qui ne l'étaient pas : les fonds d'investissement d'un côté, les paradis fiscaux de l'autre. Au-delà, des décisions courageuses ont été prises sur les rémunérations, au moins sur les principes ; elles ont été prises aussi sur les normes comptables, même si on aurait sans doute pu aller plus loin. Et enfin, la décision d'être solidaire avec les pays émergents, en multipliant par trois – j'avais évoqué devant votre assemblée la possibilité de multiplier par deux les fonds d'intervention du FMI, c'est finalement par trois qu'ils ont été multipliés.

Alors, maintenant, très simplement, chaque gouvernement va mettre en œuvre ces mesures dans sa législation nationale, en donnant des instructions aux régulateurs nationaux pour qu'ils appliquent les principes qui ont été évoqués. Et puis, il y aura d'autres réunions ; tout n'a pas pu être conclu à l'occasion de ce G20. Mais monsieur le député, mesdames et messieurs les députés, ce succès c'est une bonne nouvelle pour le monde.

C'est une bonne nouvelle pour le monde, parce que les plans de relance sont désormais mieux coordonnés, et chacun reconnaît que, des deux côtés de l'Atlantique, la relance est bien au cœur des politiques qui sont conduites, avec des caractéristiques différentes sur le plan économique et sur le plan social, des systèmes européens et du système américain. C'est une bonne nouvelle parce qu'on s'attaque aux causes profondes de cette crise, et enfin c'est une bonne nouvelle, parce que la solidarité avec les pays les plus pauvres est au rendez-vous. Eh bien, moi je suis fier que la France ait pu être à l'origine de ce succès.

Tuesday, April 7, 2009

***Les PME françaises veulent plus d'informations sur l'Europe : Enquête de la CCIP...***


*** Les PME d’Ile-de-France et du Centre ouvertes sur l’Europe!

ENQUETE

«La prospérité de l’Europe passe par celle de ses entreprises. Cela implique d’augmenter leur potentiel de croissance, mais également de faire de l’Europe un espace attractif pour les travailleurs et les investisseurs. Les politiques de l’Union européenne doivent ainsi participer à créer un environnement favorable aux entreprises.

Les PME représentent 99,8% des entreprises européennes et sont les premières pourvoyeuses d’emplois et de croissance économique. Aussi l’Europe se doit d’accorder une forte attention politique à leur développement. C’est pourquoi elle tend à mettre en place un environnement propice à l’initiative des PME et aux politiques d’innovation, de recherche et de développement.

Aujourd’hui encore, il reste difficile pour les PME d’accéder à l’information sur les réglementations et les financements européens, de saisir les opportunités de se développer sur les marchés des Etats membres et de trouver des partenaires pour innover. Les moyens humains et les méthodes nécessaires peuvent leur manquer.

Le réseau Entreprise Europe, mis en place par la Commission européenne, met à leur disposition ses services, ses compétences et ses outils pour les conseiller et les accompagner dans leur développement en Europe.

A l’occasion du lancement d’Entreprise Europe Paris – Ile-de- France – Centre, relais sur ces territoires du réseau européen Entreprise Europe, la Chambre de commerce et d’industrie de Paris a souhaité faire un état des lieux des attentes des PME vis-à-vis de l’Europe afin de leur proposer des outils et des services toujours plus en adéquation avec leurs besoins».

Pierre Simon,
Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris

*EDITO :

«La prospérité de l’Europe passe par celle de ses entreprises. Cela implique d’augmenter leur potentiel de croissance, mais également de faire de l’Europe un espace attractif pour les travailleurs et les investisseurs. Les politiques de l’Union européenne doivent ainsi participer à créer un environnement favorable aux entreprises.
Les PME représentent 99,8% des entreprises européennes et sont les premières pourvoyeuses d’emplois et de croissance économique. Aussi l’Europe se doit d’accorder une forte attention politique à leur développement.
C’est pourquoi elle tend à mettre en place un environnement propice à l’initiative des PME et aux politiques d’innovation, de recherche et de développement.
Aujourd’hui encore, il reste difficile pour les PME d’accéder à l’information sur les réglementations et les financements européens, de saisir les opportunités de se développer sur les marchés des Etats membres et de trouver des partenaires pour innover. Les moyens humains et les méthodes nécessaires peuvent leur manquer.
Le réseau Entreprise Europe, mis en place par la Commission européenne, met à leur disposition ses services, ses compétences et ses outils pour les conseiller et les accompagner dans leur développement en Europe.

*Selon l’enquête :

"Les chefs d’entreprise établis dans les régions Centre et Île-de-France sont plus «réceptifs» que l’opinion publique française aux politiques de l’Union européenne. Toutefois, les chiffres mettent en évidence le fait qu’ils sont encore loin d’être
convaincus du rôle joué par l’Union européenne. Par exemple, ils sont 41% à penser qu’à l’heure actuelle, il reste difficile de faire des affaires en dehors des frontières nationales, et 43% que l’appartenance de la France à l’Union européenne n’a pas eu de conséquence sur leur activité. Cependant, il semble que l’appréciation des chefs d’entreprises sur les politiqueeuropéennes soit fonction de leur connaissance de cette politique. Par ailleurs, 43,7% des entreprises interrogées ne savent pas que les PME ont accès aux financements européens. Il est donc primordial de continuer à informer les entreprises sur la réglementation et les opportunités européennes, afin qu’elles envisagent plus sereinement leur développement international".

*La suite :
http://www.eic.ccip.fr/pdf/Enquete-PME-Europe_PIC2.pdf

Les résultats de l’enquête sont intégralement disponibles sur le site internet www.pic2europe.fr

*Enquête réalisée par Entreprise Europe Paris – Ile-de-France – Centre en collaboration avec le Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services (CROCIS) de la CCIP sur un échantillon de 302 PME (entre 10 et 250 salariés) du Centre et d’Ile-de-France.

***CLUB BUSINESS EUROPEEN: EUROPEAN BUSINESS CLUB!***
http://unioneuropeenne.blogspot.com/2009/03/club-business-europeen-european.html

BRAVO & ASSOCIATES WORLDWIDE
http://www.bravo-associatesw.com

BIENVENUE* WELCOME* BIENVENIDO* WILLKOMMEN* WELKOM* BENVENUTO* BOAS-VINDAS* WITAJ* VITAJTE...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Monday, April 6, 2009

***Morgane BRAVO : Vous invite à rejoindre sa page facebook...***


***Pour que l'Europe, en tant qu’acteur mondial, ne soit pas lointaine des européens..."! :

Morgane BRAVO :

*Vous invite à rejoindre sa page facebook!

*Le invita a unirse a su página facebook!

*Invites you to join his facebook page!

*Vi invitiamo a partecipare la sua pagina di facebook!

*Nós convidamos você a participar de sua página facebook!

*Sie werden aufgefordert, zu seiner Seite facebook!

*Zapraszamy do jego Facebook !

*Σας προσκαλούμε να συμμετάσχετε στο Facebook σελίδα!

http://www.facebook.com/pages/Morgane-BRAVO/42491554804

BIENVENUE* WELCOME* BIENVENIDO* WILLKOMMEN* WELKOM* BENVENUTO* BOAS-VINDAS* WITAJ* VITAJTE...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BOULOGNE-BILLANCOURT : Ils passent leur premier week-end à Vélib’...*

***Vélib’ s’installe dans le paysage urbain de Boulogne. Tout au long de ce week-end, les habitants ont pu tester les vélos en libre-service arrivés mardi dernier. Le soleil et l’effet de curiosité ont largement contribué à la réussite de ce lancement de l’autre côté du périphérique.

Ornella et Thomas ont profité de la journée de dimanche pour s’offrir une balade jusqu’à Neuilly. Ils ont pianoté sur la borne installée à la station de la rue du Transval, en bordure du bois de Boulogne. « Avec le Marathon de Paris et le match de football au Parc des Princes, tout le secteur est bloqué. Le Vélib’ est une super aubaine pour se déplacer aujourd’hui (NDLR : hier, lance Ornella. C’est aussi l’occasion de le tester. » « Le fonctionnement est simple comme bonjour », sourit Thomas. Ce n’est pas l’avis de tout le monde : certains ont manifestement eu du mal à effectuer leur règlement par carte bancaire.

Un couple d’Américains, casquette vissée sur le crâne et sac à dos sur les épaules, revient tout transpirant d’une longue promenade dans les allées boisées voisines. « I enjoyed ! It’s not expensive » (j’adore, ce n’est pas cher), s’exclame madame. Arnaud, quant à lui, est venu découvrir le fonctionnement du libre-service. « C’est super pour les loisirs, mais pas pour les trajets maison-bureau, estime-t-il. Faire du vélo en costume sous la pluie, non merci. » Emmanuel, poussé lui aussi par la curiosité, s’est arrêté devant la station installée à deux pas de chez lui. « Je viens voir comment ça marche, confie-t-il. Je ferai le test cet après-midi, avec mon fils. Je n’ai pas de vélo, faute de place dans le local à poussettes de mon immeuble. En attendant d’en acheter un, lorsque les enfants seront plus grands, je prendrai un Velib’ pour les promenades au bois. » Tout au long de ce week-end, 80 jeunes ont été recrutés par la mairie pour expliquer aux habitants le fonctionnement du vélo gris et les informer sur les abonnements. Ces ambassadeurs seront encore à pied d’oeuvre dans les 21 stations de Boulogne, samedi et dimanche prochains.

C.H.
Le Parisien
06.04.2009

***Boulogne apprivoise Vélib’ sans se presser...***

***Depuis ce week-end, la première station Vélib’ de banlieue est ouverte à Boulogne. Les habitants, étonnés, découvrent peu à peu ce nouveau service dans leur ville.

Ils passent devant, s’arrêtent quelques instants, certains se penchent sur les vélos, d’autres vont jusqu’à pianoter sur la borne pour étudier les différentes formules… Depuis vendredi soir, les habitants de Boulogne-Billancourt découvrent peu à peu Vélib’. Ils ont le privilège d’être les premiers à disposer des vélos en libre-service parisiens en banlieue, avec à leur disposition depuis vendredi soir une station d’une vingtaine de deux-roues.

« Plus rapide que les transports en commun »

« Ils fonctionnent vraiment, on peut en prendre un tout de suite ? » s’interroge Elise perplexe, devant la rangée de vélos gris métal flambant neufs. Située à l’angle des rues André-Morizet et Georges-Sorel, près de l’hôtel de ville, cette station est en réalité en phase de test, ce qui explique le peu de communication autour de sa mise en service. Reste qu’il s’agit de la toute première en dehors de Paris, six mois après la décision du Conseil d’Etat d’autoriser l’extension des Vélib’ aux communes limitrophes de la capitale.
« Je regarde un peu comment ça fonctionne avant de prendre un abonnement, explique Julien, 39 ans, qui habite dans l’immeuble au pied duquel se trouve la station. C’est vraiment une bonne idée d’avoir étendu le dispositif. Plus d’excuses pour éviter d’aller se promener à Paris le dimanche ! »
Une bonne surprise que les Boulonnais n’attendaient pas aussi rapidement. « J’avais entendu parler de mars ou avril pour la mise en service, s’étonne Laurence, en marquant un temps d’arrêt devant la rangée de deux-roues. Mais je vais quand même attendre les beaux jours pour m’y mettre ! »

150 stations prévues dans 29 communes franciliennes

Un pas franchi dès hier par Arnaud, 21 ans, un habitué du Vélib’, qui est certainement l’un des premiers, si ce n’est le premier, à avoir décroché un vélo de la nouvelle station. Cet étudiant parisien possède en effet un abonnement et c’est en venant réviser ses concours à la bibliothèque Landowski samedi après-midi qu’il a découvert la station. Du coup, c’est en vélo qu’il est revenu et reparti hier.
« J’habite près de la place des Ternes, dans le XVII e , et pour rejoindre mes amis à la bibliothèque, j’ai mis environ trente minutes, explique le jeune homme, qui espère intégrer Math spé. C’est plus rapide que les transports en commun. »
A terme, ce sont 150 stations et 3 500 vélos qui seront mis en service dans 29 communes franciliennes jouxtant Paris, dont 11 dans les Hauts-de-Seine. Quant à Boulogne, la plus grande ville d’Ile-de-France après Paris, elle attend pour le mois de mars vingt autres stations, soit 650 bicyclettes au total.

Anne-Sophie Damecour
02.02.2009
Le Parisien